Communiqué du 26 avril 2017

Le SNPDEN-UNSA appelle à ne pas permettre l’élection de la candidate du Front national

L’un des deux candidats pour le second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen, représente une force menaçante pour l’avenir de notre pays. La gravité du risque encouru conduit le SNPDEN-UNSA à sortir de la réserve qu’il s’impose en période électorale comme il avait déjà été conduit à le faire en 2002.

La menace qui plane aujourd’hui porte sur le projet éducatif de Marine Le Pen, aux antipodes de celui du SNPDEN-UNSA, sur ses choix stratégiques, économiques et sociaux qui conduiraient rapidement notre pays dans de dramatiques impasses. Mais, avant tout, ce sont les valeurs communes qui font une Nation qui seraient mises en cause.

En effet, c’est bien l’identité même de la France qui serait menacée si cette candidate était portée à la magistrature suprême, en tournant le dos à ce qui fonde la République, en détruisant l’Union européenne qui est la protection de nos libertés, en réduisant la vie commune en une chasse aux boucs émissaires, en installant au cœur même des institutions de fervents relais des régimes autoritaires, adversaires déclarés de l’idéal démocratique en général et particulièrement du syndicalisme.

C’est pourquoi, face à une menace qui n’est pas de pure forme et qui touche à l’essentiel, le SNPDEN-UNSA appelle, comme l’UNSA, les personnels de direction, les éducateurs et les citoyens à ne pas permettre l’élection de Marine Le Pen en portant leurs suffrages, le 7 mai, sur Emmanuel Macron.