Déclaration commune aux trois organisations syndicales représentatives des personnels de direction

Les trois organisations syndicales représentatives des personnels de direction, le SNPDEN-UNSA, ID-FO et le SGEN-CFDT, s’insurgent unanimement contre l’annonce faite ce mardi 18 décembre 2018 en CAPN, qui plus est, après lecture de leurs déclarations liminaires, de la réduction du nombre de promotions à la Hors Classe qui, pour l’année 2019, passerait de 475 à 422.


Elles constatent qu’il s’agit là d’une rupture de confiance dans le cadre du dialogue social car le ministère ne tient pas les engagements antérieurement pris sur ce point avec nos organisations.


De plus, dans un contexte actuellement extrêmement difficile pour les personnels de direction, cette mesure prend par ailleurs un caractère totalement inacceptable. Dans ces conditions, l’ensemble des représentants des trois organisations syndicales représentatives prend conjointement la décision de quitter sur-le-champ la CAPN.

Les Commissaires Paritaires Nationaux.

Texte de soutien à un de nos collègues

Mercredi dernier, un de nos collègues, proviseur d’un lycée au Havre, a été blessé alors qu’il assurait la sécurité de son établissement en tentant de déplacer une poubelle incendiée pour éteindre le feu avec un extincteur.

La poubelle, alimentée sans doute par des bombes aérosol de type déodorants, a en effet explosé alors que notre collègue la déplaçait, le brûlant au visage.

Le SNPDEN-UNSA a pris contact dès mercredi soir avec notre collègue pour s’enquérir de sa santé, s’informer de la situation et l’assurer de notre soutien à tous.

Le lendemain, un tract des jeunes communistes du Havre accusait le proviseur d’avoir frappé un élève avec un extincteur. Des snaps de l’explosion de la poubelle ont également circulé sur les réseaux sociaux. C’est inacceptable.

Ces évènements graves,  par le danger encouru et par la désinformation véhiculée par les réseaux,  doivent rappeler à chacun d’entre nous la nécessité d’une très grande vigilance concernant la sécurisation des établissements. Il s’agit avant tout d’assurer la sécurité de chacun, chef d’établissement compris.

En CAPA, lundi dernier, le SNPDEN-UNSA a demandé expressément à ce que les chefs d’établissement puissent,sans culpabilité, décider de fermer leur établissement s’ils considèrent la situation trop à risques. Monsieur le recteur a admis la possibilité d’unetelle mesure à la condition d’échanges préalables avec ses services pour évaluer la situation.

Nous ne saurions que trop conseiller à chacun de faire preuve de la plus grande prudence dans la gestion de ces situations de crise et de ne pas s’exposer personnellement.

Le SNPDEN-UNSA reste à vos côtés pour toute intervention nécessaire auprès des services rectoraux afin de vous apporter toute aide susceptible d’alléger votre fardeau en ces moments difficiles.

Vous pouvez compter sur nous.

Le secrétaire académique

J. Delhopital