Le buzz à tout prix..

Un membre du GNPD, seul représentant de ID-FO, semble n’avoir pas entendu la même chose que les autres participants, dont les 7 représentants du SNPDEN, en faisant une déclaration tonitruante et approximative reprise par le Café pédagogique.

Nous rappelons que FO a voté contre le PPCR avec la CGT à la Fonction publique: c’est l’argument aujourd’hui employé par le gouvernement pour le mettre en cause…
Pour les personnels de direction, c’est l’alerte sociale lancée par le SNPDEN, l’action du 21 septembre 2016 et l’engagement de l’UNSA, qui ont permis l’ouverture des négociations. Les collègues doivent bien mesurer qu’avec FO et la CGT, ils n’auraient obtenu AUCUNE avancée !
S’appuyant sur le vote négatif de FO et de la CGT majoritaires au niveau de la Fonction publique, le gouvernement envisageait de remettre en cause le PPCR mais, dans l’Éducation, ce sont les signataires (UNSA, CFDT et FSU) qui sont largement majoritaires (plus encore chez les personnels de direction).

Un premier combat a ainsi été conduit cet été qui a débouché sur la signature des textes par M.Darmanin, le ministre en charge de la Fonction publique.
Le second combat se porte maintenant sur le respect du calendrier. C’est pourquoi les signataires, dont le SNPDEN, sont aujourd’hui engagés dans l’action unanime du 10 octobre, jour où les arbitrages ultimes sur le calendrier doivent être annoncés.
Rien n’est joué !

Extrapoler les propos vagues du directeur de cabinet en fin de réunion pour se placer d’emblée dans une logique de défaite et de renoncement est une curieuse façon d’engager un combat syndical ! Décidément, FO aime l’ambiguïté…
Tu recevras prochainement des consignes concernant le 10 octobre mais, dès maintenant tu peux

signer la pétition lancée par l’UNSA-Education.